En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Année 2019-2020

Petit Pays, un enfant dans la guerre

Par Administrateur joseph-collard, publié le vendredi 9 octobre 2020 09:45 - Mis à jour le vendredi 9 octobre 2020 09:45
petitpays.jpg
Le jeudi 8 octobre 2020, les 177 élèves de 5ème ont assisté à la projection du film d’Eric Barbier, Petit Pays, adaptation du roman éponyme de Gaël Faye, récompensé par de nombreux prix littéraires.

L’objectif de cette sortie était de veiller à l’accès du plus grand nombre d’élèves à la culture cinématographique, à un moment où les contraintes sanitaires, ont une incidence regrettable sur la fréquentation des salles. Le choix de cette projection est apparu comme une évidence puisque l’histoire s’intègre dans les thématiques abordées par les programmes de français et d’histoire-géographie du niveau. Petit Pays raconte en effet la vie dans les années 1990 d’un petit garçon qui vit au Burundi avec son père, un entrepreneur français, sa mère rwandaise et sa petite sœur. L’enfant passe son temps à faire les quatre cents coups avec ses copains jusqu’à ce que la guerre civile éclate. Le film a ainsi permis de sensibiliser les élèves sur ce qu’ont vécu les populations lors du génocide au Rwanda et de reconstituer la montée de la tension et de la peur. L’histoire, racontée à hauteur d’enfant, évoque des événements dramatiques et dépeint la détresse d’un jeune garçon écartelé entre deux cultures, ainsi que l’engrenage fatal de la haine et du racisme qui vont conduire à la tragédie. Même si le sujet prêterait à pleurer, Eric Barbier a réussi à réaliser un film tout en retenu, joyeux, véritable ode à l’enfance.

  1. Cador

 

«Si l’on est d’un pays, si l’on y est né, comme qui dirait : natif-natal, eh bien, on l’a dans les yeux, la peau, les mains, avec la chevelure de ses arbres, la chair de sa terre, les os de ses pierres, le sang de ses rivières, son ciel, sa saveur, ses hommes et ses femmes...»

Gaël Faye, Petit Pays, Le Livre de Poche jeunesse, 2016, p. 216.

 

«Vous avez lu tous ces livres ? j’ai demandé.

- Oui. Certains plusieurs fois, même. Ce sont les grands amours de ma vie. Ils me font rire, pleurer, douter, réfléchir. Ils me permettent de m’échapper. Ils m’ont changée, ont fait de moi une autre personne.

- Un livre peut nous changer ?

- Bien sûr, un livre peut te changer ! Et même changer ta vie. Comme un coup de foudre. Et on ne peut pas savoir quand la rencontre aura lieu. Il faut se méfier des livres, ce sont des génies endormis.»

Gaël Faye, Petit Pays, Le Livre de Poche jeunesse, 2016, p. 172.

 

«Ce n’est pas la distance terrestre qui rend le voyage long, mais le temps qui s’est écoulé. J’étais d’un lieu, entouré de famille, d’amis, de connaissances et de chaleur. J’ai retrouvé l’endroit mais il est vide de ceux qui le peuplaient, qui lui donnaient vie, corps et chair. Mes souvenirs se superposent inutilement à ce que j’ai devant les yeux. Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris que je l’étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore.»

Gaël Faye, Petit Pays, Le Livre de Poche jeunesse, 2016, p. 216.

 

«Quand on quitte un endroit, on prend le temps de dire au revoir aux gens, aux choses et aux lieux qu’on a »